Ressources mutualisées – 1

Image

Avis sur les UNT

Les ressources mutualisées se présentent ici sous forme d’université numérique thématique. Il s’agit d’universités numériques ayant pour but d’accompagner ou d’aider des enseignements existant, en aucun cas il ne s’agit d’universités débouchant sur l’obtention de diplôme.

Ces universités sont une initiative du gouvernement français et sont financées soit par des subsides soit par des contrats et projets privés.

Parmi les avantages de ce genre d’initiative j’en retrouve plusieurs. En premier lieux, ces universités n’ont pas pour but de remplacer celles existantes mais d’occuper une niche particulière. Leur volonté est de fournir des documents afin d’aider les enseignants à enrichir leur cours. Par la même occasion, elles ont la volonté d’aider à fournir des prérequis éventuels lors d’éventuelles passerelles, ou encore de permettre des formations continue.

Leur intérêt est d’être majoritairement gratuites car financées par le public, l’avantage est de pouvoir se passer des organes privés demandant systématiquement des frais d’inscription. L’argent public utilisé ici semble bien investi. En effet, en plus de fournir un service majoritairement gratuit et public, les financements sont redistribués dans des projets à utilité publique.

Cette initiative a malheureusement plusieurs inconvénients. Plusieurs inconvénients sont inhérents au fait que les productions sont ici diffusées gratuitement et librement sans valorisation de la source à l’origine des documents.

En effet, certaines universités acceptent de diffuser des ressources, sans pour autant les mutualiser, leurs données restent attachées à l’institution. De même, les enseignants-chercheurs à l’origine des documents ne sont pas valorisés dans leur cursus et le font à titre presque bénévole. Bien que leur fonction d’enseignant occupe la moitié de leur horaire, celle-ci n’est ni valorisée ni valorisable.

Cette initiative, bien que très utilise, souffre de son manque de visibilité. Elle mériterait d’être attachée systématiquement aux universités et hautes écoles diplômantes afin d’augmenter leur utilisation.

Enfin cette initiative se retrouve dans un contexte de concurrence internationale alors qu’elle peine à trouver des financements ou du moins à séduire le secteur privé avec la notion de mutualisation.

Mon expérience

Avant de suivre cette conférence je ne pensais pas être concerné par ce genre de projet. J’ai réalisé au terme de celle-ci que j’utilisais en réalité certains de leurs outils.
J’utilise certains outils mis à disposition par Uniciel pour mes cours de chimie.

Dans certains domaines il est parfois extrêmement difficile de trouver des sources fiables et approfondies lorsqu’on désire faire un cours d’un niveau suffisamment élevé que pour intervenir dans l’enseignement supérieur.

Les ouvrages en français sont souvent très couteux, souvent peu à jours et rares, les ouvrages anglophones sont bien plus nombreux et accessibles mais nécessitent de connaitre le vocabulaire scientifique parfois assez différent. En effet, traduire des termes tels que « lixiviation », ou « lit fluidisé » n’est pas toujours évident.

Il existe d’autres sources scientifiques telles que le NCBI (portail anglophone d’articles scientifiques en biochimie et médecine), ou technique-ingénieur.fr (portail d’articles francophones sur les techniques ingénieurs) mais ceux-ci sont à destination des professionnels et sont parfois bien trop détaillés. Ces sources demandent de consulter énormément de document pour pouvoir appréhender une matière.

Ces universités numériques ont l’avantage de fournir une source de document fiables, très détaillés et surtout très pédagogiques. Les documents sont ici tournés vers le pédagogique ce qui facilite grandement le travail d’appropriation des documents. De manière générale, les informations ont déjà subi un traitement et un « écrémage » afin de les rendre plus abordables.

Hors de ces universités numériques, j’utilise souvent des ressources en ligne d’universités non mutualisées dont il est question dans la vidéo. Celles-ci sont également une source intéressante surtout pour les exercices pratiques.

Je n’ai pas découvert immédiatement ces ressources en lignes mais maintenant que je les connais, je n’envisage plus de m’en passer. Je compte retravailler mes anciens cours en intégrant ces outils, comme les logiciels d’exercices en ligne.

Cependant, je comprends que ce genre d’initiative soit limité. J’ai moi-même réalisé une vidéo pédagogique lorsque j’enseignais à l’université. Et si je suis fier lorsque la vidéo est utilisée par d’autres, j’attends toujours que mon nom soit cité en référence.

Publicités

3 réflexions sur “Ressources mutualisées – 1

  1. J’ai choisi de parcourir ce billet sur votre blog car il correspond à l’une des activités que j’avais choisi au départ mais que j’ai finalement abandonnée. Je trouvais le concept véritablement intéressant mais mes recherches de ressources pour les cours de traduction spécialisée espagnole que je donne et sur lequel j’ai basé tous mes travaux du CAPAES n’ont donné aucun résultat et j’ai donc abandonné cette activité thématique. J’étais déçue de ne rien trouver pour mes cours et c’est pourquoi je voulais l’avis d’un enseignant d’une autre discipline. Cependant, je dois dire que pour les enseignants en cours de langue, ce site regorge de ressources très intéressante et très variée surtout (vidéos, documents écrits, etc.)
    J’ai trouvé votre avis très clair et concis. Et j’admire tout comme vous ce genre d’initiatives car comme vous l’avez souligné, il s’agit de sources fiables et c’est bien le problème des ressources en ligne, très souvent. Pour ma part, lorsque j’ai donné cours dans le secondaire inférieur, j’ai également cherché des activités à réaliser en cours sur plusieurs sites de partage des ressources mais ce qu’on y trouve est parfois aberrant et totalement faux.
    Je suis également d’accord avec vous pour dire qu’il est dommage que ce genre d’initiative souffre de manque de visibilité. Je pense que le rôle des enseignants est justement de recommander voire promouvoir ce genre de site dans notre discipline ou oserais-je même dire dans notre communauté d’enseignants. Ayant choisi l’activité thématique sur les universités à distance, je me rends compte de l’importance des UNT. Quelque part, elles sont une véritable valeur ajoutée à la démarche d’université à distance mais elles sont aussi très utile pour les cours présentiel, comme vous en faites part dans ce billet.
    J’aurais vraiment aimé trouver des ressources pour les cours de traduction. Je suis contente que vous ayez trouvé du matériel pour vos cours et j’espère que cette initiative grandira et qui sait, peut-être qu’un jour, ma discipline pourra également s’en servir.

    • Bonjour Laura,

      Merci pour le commentaire. C’est vrai qu’il est dommage que vous n’ayez pas accès à des ressources pédagogiques utiles, cependant Wallangue permet-il d’apprendre l’espagnol?

      Sinon pour des cours de langues, les vidéos sous-titrées sont sans doute légions cela peut déjà vous faire une bonne base de travail. Un de mes prof d’anglais nous faisais (à l’époque) écouter et traduire des dialogues de ally Mcbeal 🙂

      • Certes, mais je donne cours de traduction spécialisée espagnol-français et pour cette branche, je n’ai malheureusement trouvé aucune ressource. Par contre, si j’ai la chance de me voir confier un cours de langues, il est certain que j’y aurai recours.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s